L'actualité des concerts et de Love Live Music



[Live-report] Au cœur de L’Ohmway Festival

ohmway-festival-avis-concert

Le week-end dernier, nous étions à Cormaranche-en-Bugey, petit village situé dans l’Ain, dans le cadre de la seconde édition de l’Ohmway Festival organisé par l’associationPGCC

Le festival a duré deux jours pour seulement 18 €. Une bonne organisation dont les efforts ont, malheureusement, été un peu gâchés par le mauvais temps.

A notre arrivée vendredi vers 20h, nous sommes accueillis par de gentils bénévoles, très réceptifs à notre besoin de nous installer pour pouvoir (enfin) nous mettre dans l’ambiance. Par chance la pluie s’arrête, ce qui nous permet de poser bagages dans le plus grand des calmes, ou presque : quelques festivaliers déjà bien en forme viennent nous distraire nous aider à planter la tente.
C’est l’heure de se rendre au festival, quelques bières sous le bras. A l’entrée, l’ambiance est détendue : nous attendons tranquillement de récupérer nos pass pour le week-end. Mauvaise nouvelle : le début des concerts est retardé. Un mal pour un bien car nous sommes en retard sur nos prévisions. La sécurité passée, bonjour le Ohmway Festival !


ohmway-festival-avis-concert
Le temps est radieux à Cormaranche-en-Bugey

Jour 1 : au milieu des bois

Le spot est cool, nous sommes au milieu des bois, dans un petit bosquet, où l’on peut admirer tous les stands de nourritures et de boissons. Il y a également une petite scène abritée, qui n'accueille aucun artiste pour l'instant, mais qui fait office de Chillout avec des tapis étalés un peu partout au sol.
Nous ne perdons pas de temps et allons voir Wailing Trees avant qu’ils ne terminent leur prestation. Après un contrôle de nos bracelets, nous arrivons sur la scène principale. Plutôt grande par rapport à la taille du festival, la scène est jolie, avec des jeux lumières bien répartis et une estrade mettant bien en avant les artistes. Malheureusement nous arrivons à la fin du concert de nos amis Lyonnais qui sont déjà avec le public, et annoncent l’arrivée de Scratch Bandits Crew.

L’attente est un peu longue, mais les deux DJ arrivent chauds bouillant et nous envoient du Hip Hop US comme on l'aime. Ils ne sont pas très communicatifs avec le public, bien dommage, car tout le monde les attendaient de pieds fermes, tête d'affiche du festival oblige. Au niveau du son pas de grosse surprise, ils ont fait le minimum syndical. Puis ils partent en remerciant rapidement le public. Nous restons un peu sur notre faim. C’est le moment pour nous d’aller se réhydrater : il fait un peu frais mais bon, il ne faut pas se laisser aller. Le prix de la bière (2€) défie toute concurrence, nous en sommes ravis.



Après cette pause plutôt longue en partie à cause du changement de matériel, Brain Damage pointe le bout de son nez sur la grande scène, plus motivé que jamais. Les basses nous font vibrer, les instrumentales nous font danser et c’est l’artiste lui-même qui nous montre la voie. C’est génial cette façon qu'il a de danser devant son contrôleur ! Je suis tellement subjugué que je me rends tout juste rendu compte que la pluie commence à tomber. Malgré cela, Brain Damage a réussi à conserver son public jusqu’à la fin de son set. Chapeau l’artiste !


Encore une fois, la transition entre les artistes est longue, en partie à cause de la pluie. Nous attendons donc tranquillement sous la scène couverte, lieu de rencontre en tout genre. Après une heure de rigolade avec des festivaliers plus motivés les uns que les autres, nous voyons enfin Mayd Hubb arriver sur la scène principale. Première chose qui me vient à l’esprit : pourquoi la mise en place a été aussi longue ? Bref j’ai déjà un apriori sur sa prestation qui n’a pas vraiment été exceptionnelle, de mon point de vue. L’ayant déjà vu par le passé, je m’attendais à quelque chose de nouveau et ce ne fût pas le cas. Pas de chance pour lui, la pluie s’est amplifiée et la scène a commencé à se vider. Ce n’est, décidément, pas sa soirée. Pour ma part, la fatigue commence à se faire ressentir. Je file me reposer dans ma tente pour profiter pleinement de la suite du festival.

Jour 2 : de la musique et de la boue

Je me lève dans la matinée après une bonne/courte nuit. L’avantage de ce temps pourri c’est que tu n’es pas réveillé par la chaleur dès le lever du soleil ! La journée est pleine d’activités diverses : promenade dans le camping (toujours sous la pluie), foot dans la boue, déblocage de voitures embourbées, squats de tentes… Il faut être créatif ! Un peu de son sur le site du festival aurait été sympa mais, on ne va pas trop se plaindre, vu le prix du pass.
En fin d’après-midi, je vais faire un tour sur la scène principale dans le but d’aller voir le groupe Mystical Faya qui éclaircit ce samedi pluvieux. Seulement quelques personnes étaient présentes mais l’ambiance générale était bon enfant et les artistes nous ont régalés malgré tout. Et le mieux dans tout ça c’est que je me suis fait des nouveaux copains \o/ ! A la fin du concert, nous sommes retournés sur le camping, plus précisément sous une grande tonnelle avec du son à environ 200 BPM. Ça choque un peu après du reggae mais bon, ça valait le détour : une cinquantaine de personnes de tout genre et dans tous les états, avec la rigolade comme maître mot.

Je n’ai pas vu le temps passé et c’est seulement vers minuit que je me suis rendu compte qu’il fallait que je me bouge pour aller voir Kardinal. La pluie s’est arrêté mais la boue est bien là : je m’en rends bien compte sur le chemin du festival où j’évite plusieurs chutes. Bon ok, la bière ça n’aide pas... J’arrive sur le site du festival, et me rends directement sur la grande scène.  Ils l’ont entièrement remodelé pour l’occasion, avec un super VDjing beaucoup plus adapté à la programmation de la soirée allant de la techno au hardcore. Etant très friand de Kardinal et de son style, j’ai beaucoup apprécié son live qui était très cohérent et accessible. Les gens dansent tranquillement comme hypnotisés par ce que dégage la scène. Le temps passe vite…


C’est maintenant le tour de Jacidorex, qui repart sur les mêmes bases musicales que son prédécesseur. Il ajoute à ça une touche Acid correspondant bien à son style. Le BPM augmente au fur et à mesure de la soirée pour le plus grand plaisir des festivaliers. Mais la pluie fait son grand retour, j’espère profondément que c’est seulement de passage car des torrents nous tombent dessus ! Cela refroidit l’ambiance générale. Pas mal de gens quittent la scène pour aller s’abriter. Je fais de même à la fin de la prestation de Jacidorex. La fatigue commence à se faire ressentir après deux jours de fête, de pluie et tout ce qui s’en suit…


ohmway-festival-avis-concert
Les jeux de lumières et le VDjing de samedi soir

Mais il est hors de question de rater Mr Gasmask, un des artistes dont on m’a le plus parlé ce weekend. Les BPM vont encore augmenter d’un cran, on passe à la Core. Dès son arrivée, je retourne devant la grande scène, un peu en mode warrior je l'avoue, car il pleut toujours des cordes et il fait froid. Danser ça réchauffe, n'est-ce pas ? Sur un rythme aussi rapide, ça peut très vite ressembler à du n’importe quoi. Du coup, à bas les jugements. Les gens dansent et se regardent en souriant, c’est ça l’ambiance festival et l’effet Mr Gasmask !

Voilà comment c’est terminé mon week-end à l’Ohmway. Finalement, la pluie a porté préjudice au festival mais l’ambiance générale était bonne, l’organisation a fait du bon boulot. Quelques transitions entre les artistes parfois un peu longues, mais rappelons-nous que ce n'était que la deuxième édition du festival. Pour conclure : à refaire !

Si vous aussi comme Alexis vous étiez au Ohmway Festival, venez donner votre avis sur les concerts qui vous ont plu ! C’est rapide et c’est par ici : avis concert Ohmway Festival. Comparez vos préférences avec les autres festivaliers !
Et si vous aussi vous avez envie de partager vos expériences de concerts et festivals en écrivant des articles pour LoveLiveMusic, vous êtes les bienvenus ! Ecrivez-nous à bonjour[@]lovelivemusic.fr. Merci !


On fait le bilan : c'était comment cette saison des festivals ?

festival-avis-bilan-2016
Retour au boulot, baisse des températures, derniers festivals de l'été... La fin de la saison des festivals a sonné ! Et bien que de beaux festivals s'annoncent avant la fin de l'année, c'est l'heure de faire le point sur la saison 2016.

D'après Audrey Azoulay, la Ministre de la Culture, "il y a eu une fréquentation exceptionnelle des festivals. Les Français étaient au rendez-vous, ils étaient là". Info ou intox ?

Et bien du point de vue de la fréquentation, c'est vrai : 2 818 556 festivaliers se sont rendus en festival(1) cet été, soit une augmentation de 14,3% en 2016 par rapport à 2015. Et même +30,5% par rapport à 2013 ! Une belle victoire quand on remet ce chiffre dans le contexte de l'état d'urgence et des attentats du 14 Juillet à Nice.

Les grosses têtes d'affiche françaises ont également contribuer à faire venir le public, surtout les indémodables : Les Insus, Indochine, Louise Attaque, Voulzy & Souchon... Et puis les phénomènes comme Jain ou L.E.J. aussi !

Le classement des festivals de l'été :

News Tank Culture, média en ligne spécialisé dans la culture,  a recensé les variations de progression de 43 festivals en France. Sur ces 43 festivals,
  • 29 ont vu leur fréquentation augmenter, 
  • 3 sont restés au même niveau, 
  • 10 sont en baisse 
  • 1 petit nouveau dans le classement : le Download Festival dont la 1ère édition en France a réussi à réunir 100 000 personnes !
Deux champions à noter cette année : 
  • Le champion de tous les festivals en terme de fréquentation : Les Vieilles Charrues avec 278 000 entrées pour quatre jours de festival, leur record et une augmentation de 37,6% par rapport à 2015
  • Le champion en terme d'augmentation : le Aluna Festival en Ardèche, avec une progression de 148,3% pour atteindre cette année 72 000 festivaliers contre 29 000 en 2015 !
Parmi les perdants on peut noter les Plages Electroniques (-41,2% entre 2016 et 2015) les Nuits de Fourvière (-28,7%, en partie à cause de la pluie : pour l'avoir vécu pour Feu! Chatterton et Deluxe on confirme !), La Route du Rock (-36,2%), mais aussi des festivals plus importants comme Musilac (-27,3%) et Rock En Seine (-8,3%).

Sur les dix premiers festivals du classement, huit affichent une progression (Vieilles Charrues, Solidays, Hellfest, Garorock, Main Square Festival, Les Eurockéennes, Cabaret Vert et les Francofolies de La Rochelle), un est en baisse (Rock en Seine) et un a été créé en 2016 (Download Festival).
Jain au festival les IndisciplinéEs en 2015

Petit point sur l'économie des festivals :

Il est important de rappeler qu'en 2015, les festivals ont représenté 21% de la fréquentation des représentations payantes en France. Et d'après le PRODISS, le syndicats des organisateurs de spectacle, "en France, 132 festivals ont été créés en trois ans, les créations restant toujours supérieures aux disparitions".

Mais rares sont les festivals qui arrivent à être rentables uniquement grâce à la billetterie. C'est d'autant plus vrai qu'avec les attentats, le budget sécurité a augmenté de 40%, un impact considérable plus facile à amortir pour les gros festivals que sur les petits... 

Les festivals doivent donc rechercher du financement ailleurs, comme par exemple la vente de merchandising (t-shirts, goodies) mais aussi le mécénat et le sponsoring. Vous savez, tous ces stands de marques plus ou moins légitimes ! Et avec la multiplication des festivals, autant dire que la tâche peut devenir plus ardue. Difficile de se différencier sur la programmation, l'ambiance, l'esprit du festival...

Et pour ajouter une difficulté supplémentaire, les subventions de l'Etat ont tendance à diminuer : le nombre de festivals subventionnés par l'Etat est passé de 342 à 175 en 10 ans. Les festivals sont pourtant une influence positive sur l'économie locale : logement, nourriture, transport, activités... 10 festivals des pays de la Loire ont même réalisé une étude qui démontre qu'ils apportent 50 millions d'euros chaque année à l'économie locale ! 


festival-avis-bilan
Source : Le Journal des Entreprises

Si vous voulez en savoir plus sur les différents modèles économiques des festivals, voilà un article intéressant du Journal des Entreprises  et celui de Libération.

Et n'oubliez pas : si vous avez participé à des festivals cet été, rendez-vous sur lovelivemusic.fr pour donner votre avis sur les concerts que vous avez adoré !

(1) sur les 43 principaux festivals français
Sources : New Tank Culture, Ma Gestion Billetterie, Le Journal des Entreprises
Crédit photo : Vieilles Charrues -Huffington Post, Jain - Ouest France

South By South Lawn : Barack Obama vous invite à son festival

obama-festival-maison-blanche

Le 3 Octobre prochain aura lieu le South By South Lawn à la Maison Blanche.

Oui oui oui vous avez bien lu : l'un des derniers accomplissements de Barack Obama est la création d'un festival savamment nommé South by South Lawn, du nom du célèbre festival South By South West (SXSW) qui l'aide dans cette tâche.

Cette décision fait suite à l'intervention de Barack Obama au festival South By South West un peu plus tôt cette année, durant laquelle il a abordé les sujet d'engagement civique, la volonté de mobiliser les entrepreneurs et artistes à adresser les problèmes les plus importants auxquels font face les Etats-Unis en ce moment.

C'est cet esprit d'innovation que la Maison Blanche souhaite transmettre avec ce festival. South By South Lawn sera donc l'occasion de réunir les créateurs, les innovateurs, les entrepreneurs qui oeuvrent pour la qualité de vie des Américains et du monde entier. Beau programme !

Le festival est organisé en 3 parties :

  • MUSIC : des artistes connus et émergents donneront un concert - le line-up n'est pas encore révelé mais vu les goûts de Barack Obama (et sa fille Malia) en musique, on espère y voir Kendrick Lamar, Chance The Rapper, J Cole, Pusha T... Si vous voulez avoir une idée de ce qu'écoute l'ami Barack, découvrez ses playlists Day et Night sur Spotify ! 
  • INTERACTIVE : des conférences tout au long de la journée aborderont des sujets variés, des influenceurs qui utilisent leurs plateformes pour créer du changement partagerons leur témoignages, des stands inciterons les participants à apprendre plus et à expérimenter autour des nouvelles technologies
  • FILM : cette partie de l’événement est la 3ème édition du Annual White House Student Film Festival (le festival annuel du film étudiant de la Maison Blanche), pour lequel plus de 700 courts-métrages d'étudiants entreront en compétition sur le thème "Le monde dans lequel je veux vivre". 
obama-festival-maison-blanche
Chance The Rapper et son frère Taylor Bennett avec Barack Obama
Si vous voulez candidater pour participer ou si vous voulez nominer quelqu'un, vous pouvez toujours tenter votre chance ici. Il vous reste 24h !


Source : White House Blog
Crédit photos : Breitbart ; Sunset In The Rearview

La JIMI : une journée dédiée à la musique indépendante

lovelivemusic-jimi-festival-avis-concert
Le 7 et le 8 octobre prochains se tient la Journée des Initiatives Musicales Indépendantes, de son petit nom la JIMI, à laquelle LoveLiveMusic sera présent !

La journée, organisée dans le cadre du Festi Val de Marne, est "un événement annuel créé pour favoriser la rencontre et la promotion de tous ceux qui, avec peu de moyens mais beaucoup d'énergie et de créativité, participent à la richesse et à la diversité de la musique". Autrement dit : les indépendants.

La JIMI est donc l'opportunité pour tous les indépendants du secteur de la musique (labels, tourneurs mais aussi fanzines, collectifs et bien d'autres) et les amateurs de musique de se rencontrer pour échanger autour de leur passion commune. 

Organisée depuis 10 ans, la JIMI permet aux visiteurs, public et professionnels, de profiter de concerts, de rencontres avec les exposants, de conférences, de performances graphiques... Et c'est une belle plateforme pour que les indépendants fassent découvrir leurs projets !

Côté concerts cette année, une programmation indé éclectique mais très intéressante. 

Le vendredi 7 Octobre fait la part belle à la nouvelle scène rock avec les groupes qui montent Cheveu, Jessica93 et J.C. Satan mais aussi aux nouveaux talents du live, avec par exemple Tim Fromont Placenti (indie-pop), Bee Tricks (blues rock) et Tiwayo (rock soul) dans le cadre du Tremplin.
Le samedi soir mêlera lui le hip-hop (L'Entourloop, Smokey Joe & the Kid, Sidi Wacho et d'autres) avec la chanson (Clio, Imbert Imbert, Agnès Bihl).
Et tout au long du festival, la JIMI met en avant les groupes autoproduits !

Côté salon, la JIMI c'est en gros :

  • 100 exposants (dont LoveLiveMusic.fr !)
  • un speed-meeting pro pour permettre aux artistes de venir rencontrer des professionnels du secteur
  • des débats et des forums, par exemple sur l'innovation numérique ou les méthodes pour trouver des dates lorsqu'on est artiste
  • des mini-conférences sur le principe des TED talks
  • un débat littéraire autour des contres-cultures avec Steven Jezo-Vannier, spécialiste rock et contre-culture
  • un espace fanzine
  • une exposition, cette année sur Thomas B., expressioniste punk-rock
  • des témoignages d'indépendants
  • Des sélections de livres par l'IRMA et Envie de Lire
Pour le programme complet c'est par ici.

Ah oui on ne vous a pas dit : tout ça c'est gratuit !

Si vous voulez en savoir plus, voilà quelques vidéos qui vous présentent le festival :



Les concerts de la JIMI sont bien sûr disponibles sur LoveLiveMusic.fr pour donner votre avis sur les concerts : La JIMI - Vendredi et La JIMI - Samedi

On se voit le 8 Octobre ! 

[Live-Report] Nos 24H au festival Woodstower

festival-woodstower-avis-concert
On vous en parlait la semaine dernière : ce weekend nous étions au festival Woodstower. Petit compte-rendu !

Petite présentation en accéléré si vous avez raté celle de la semaine dernière : le festival Woodstower est un festival responsable et à la programmation éclectique qui se déroule dans la région du grand Lyon, plus précisément au Grand Parc Miribel Jonage. Et pour sa 18ème édition, c'est sous le soleil que ça se passe !

Samedi 27/08 - 17h45 : Arrivée sur les lieux. 

Festivaliers et locaux profitent de la musique du Voilaaa Soundsystem sur la plage du Fontanil. Au milieu des serviettes, Abraham Poincheval dans sa bouteille géante. Comment fait-il pour ne pas manquer d'oxygène / mourir de chaud / aller aux toilettes sont les 3 questions principales qui nous viennent à l'esprit alors qu'il fait une chaleur étouffante.
festival-woodstower-avis-concert
La plage du Fontanil
18h30 : C'est parti, on entre.
Encore peu de monde sur place car les portes ouvraient seulement à 18h pour la partie payante. Ce qui nous laisse le temps de découvrir les lieux, mémoriser les scènes, et passer par le parcours classique tickets puis gobelets puis conso. Les moyens de paiement ou le point noir des festivals, quelque soit la solution choisie !

18h45 : Premiers artistes, première belle découverte. 
Les Frères Jacquard ouvrent le bal, et si sur le papier ça ne nous avait pas semblé très excitant ("Reprises et détricotages de Tubes" dit leur page facebook, photos à l'ancienne à l'appui), en live ça vaut le détour ! Le principe ? JeanMi, JeanCo et JeanSté Jacquard reprennent à leur façon des morceaux hyper connus qui vont de Mickael Jackson à Pharell Williams et des classiques disco. Vous pouvez écouter leur musique mais ça ne rendra pas aussi bien qu'en live !
Voir les avis sur les Frères Jacquard en concert
festival-woodstower-avis-concert-freres-jacquard
Les Frères Jacquard
19h25 : Le show de Collection commence sous la scène principale du Chapiteau. 
Un groupe de 3 garçons plongés dans leur musique freak pop, fraîche et planante mais pas très entraînante peut être pour un début de festival. Ils sont tellement plongés dans leur univers qu'ils ne communiquent pas vraiment avec le public. Du coup, compliqué de les suivre.
Voir les avis sur Collection en concert
festival-woodstower-avis-concert-collection
Collection
20h15 : Retour sur la scène de la Butte pour Moi Je
Du disco, de l'electro, guitare, saxo, super ambiance et beau boulot pour les lyonnais de Moi Je qui réussissent à mettre l'ambiance et à rameuter du monde. Trois musiciens et un chanteur tous en train de kiffer, très sympa pour la fin de journée ! Et ils sont partis sur un petit "Never Gonna Give You Up" à leur façon, le meilleur moyen pour bien rester dans la tête du public avant le prochain concert.
festival-woodstower-avis-concert-moi-je
Moi Je
21h10 : Quel est ce raggamuffin que j'entends au loin ?
C'est Soom T tout simplement, qui a été présente dans pas mal de festivals cet été et dont nous avions hâte de découvrir le style. Eh bien autant vous dire que c'est énergique ! Accompagnée de 3 musiciennes, Soom T enchaîne les morceaux face à un public qui clairement connait bien l'artiste ! Elle a une énergie très communicatrice, ce qui compense avec la communication limitée avec le public et même avec ses musiciennes. A voir pour se donner un bon coup de boost !
Voir les avis sur Soom T en concert
festival-woodstower-avis-concert-soom-t
Soom T
21h50 : Un château de sons ?
C'est Jacques qui demande au public de lui faire passer des objets en tout genre à ajouter à sa propre collection pour créer ce fameux "château de sons" : chaque objet est frappé, tourné, malmené pour créer un son, qui est enregistré par Jacques, qui empile ses créations les unes sur les autres pour créer des morceaux très rythmés et fascinants en même temps. Le public est curieux de voir ce que va donner le prochain ajout ! Avec dans le désordre un extincteur, un grille-pain, un minuteur, un tube, et quand même un peu de guitare pour la mélodie. Et un artiste sympa en plus, que demande le peuple ?
Voir les avis sur Jacques en concert

Sur le chemin : baptême de psytrance
Petit passage devant la scène Hadra, dont la programmation est gérée par l'association du même nom. La Psytrance nous ne connaissons pas, donc c'est l'occasion ! Première impression : super décor ! Deuxième impression : sympa la musique. Troisième impression : c'est toujours le même morceau ? Conclusion : la psytrance c'est pas pour nous, sans qu'on ne sache vraiment dire pourquoi, mais les festivaliers qui sont là ont l'air d'être envoûtés par le son. Et au final, c'est ça qui compte : le public trouve ses bons artistes, et les artistes le bon public !

festival-woodstower-avis-concert-hadra
La scène Hadra
22h30 : Premiers artistes hiphop / rap
Retour devant la petite scène de la Butte pour découvrir un autre groupe local, Bavoog Avers. 4 MCs qui donnent tout et qui réussissent à faire se lever même les "fratés" du fond comme ils disent pour venir bouger la tête devant. Un groupe très sympathique, qui fait un rap parfois un peu dark, parfois plus posé, parfois pour danser, parfois drôle, bref, on aime !
Voir les avis sur Bavoog Avers en concert
festival-woodstower-avis-concert-bavoog-avers
Bavoog Avers

festival-woodstower-avis-concert-flavien-berger
Flavien Berger
23h10 : Le cruel dilemme 
La scène Hadra mise à part, les artistes s'enchaînent les uns après les autres, sauf maintenant : à ma gauche, Flavien Berger, à ma droite, John Talabot. Ne connaissant aucun des artistes autrement que par le nom, le choix se porte sur John Talabot d'abord. Mauvaise pioche, enfin pour nous : John Talabot apparait sans un mot derrière une grande table drapée de noir, lui même vêtu de noir. Difficile de rentrer dans l'ambiance pour des novices comme nous sans aucune aide de l'artiste.

Du coup, direction Flavien Berger qui a commencé son set depuis quelques minutes. Et là, ça va beaucoup mieux : positionné au milieu de ses synthés / tables de mixage / boites à rythmes, Flavien Berger lance un "salut les cocos" qui nous rassure : ce n'est pas une machine ! Il enchaîne, chante, se tourne de droite à gauche, le tout pour envoyer du son beaucoup plus rythmé. Jacques le rejoint sur scène pour un duo qui tire quasiment sur le rock. Un artiste à ne pas rater en concert !
Voir les avis sur Flavien Berger en concert et les avis sur John Talabot

00h15 : Direction l'Afrique
Enfin l'éléctro africaine, soit Mawimbi, soit 4 DJs derrière une table. Un peu désemparés au début (pourquoi 4 DJs ? Qui jouent les morceaux d'autres artistes ?), on oublie nos questions au fur et à mesure des sons qui sont passés par la bande. Afrique du Nord, Afrique noire, remixés avec une pointe d'électro qui donne envie de danser et qui fait passer le petit coup de mou. Les DJs ont l'air de bien s'amuser de leur côté, le public du leur.
Voir les avis sur Mawimbi en concert 


01h15 : La tête d'affiche à ne pas présenter à ses parents
Une des foules les plus importantes vues sur le festival est massée devant la scène de la Butte : c'est Vald qui est attendu, le rappeur français au morceau qui apprend la politesse façon ghetto avec "Bonjour". A peine arrivé sur scène, le public est divisé : ceux qui savaient à quoi s'attendre sont ravis, ceux qui ne connaissaient pas fuient en se demandant ce que Vald fait à la programmation du festival. Accompagné de ses compères DJ Weedim et AD, Vald fait du Vald en sautant partout à grand renforts de dab, enchaînant les morceaux. De leur propre aveu ils sont "complètement bourrés" et le DJ a "envie de fumer un oinj" mais en tout cas, ça ne les empêche pas de ravir le public ! Une jeune fille nous annoncera d'ailleurs fièrement plus tard qu'elle est "la Cendrillon" de Vald parce qu'elle lui a envoyé son soutif et qu'il le lui a rendu. Dommage que les larsen et autres problèmes de son aient un peu terni le show.
Voir les avis sur Vald en concert
festival-woodstower-avis-concert-vald
Vald et Suikon Blaz AD
01h45 : Sur le départ
Petit crochet vers la fin du set de Mawimibi qui finit sur un "Tonton du Bled" qui fait plaisir ! Et début du set de Phazz et Everydayz, plus electro hiphop mais qui n'avait pas l'air mal du tout. Mais on a des flyers à distribuer, donc nous nous excusons pour ce soir. On rate Digitalism qui avait pourtant l'air d'avoir prévu une sacrée installation scénique.

Dimanche 28/08 - 15h30 : c'est bien ici ?

Arrivée un peu tardive sur le lieu du festival, dont certaines scènes sont déjà en train d'être démontées. Drôle d'ambiance ! La prairie est très vide comparée à la veille mais nous mettons ça sur le compte de la chaleur et des déjeuners qui s'éternisent.

Notre oreille est vite attirée vers la scène de la Butte où se déroulent des combats acharnés de Catch des Dessinateurs à Moustache. Il s'agit tout comme son nom l'indique de combats d'impro de dessin à partir des suggestions du public, le tout réalisé par des artistes en tenue de catch. Le tout accompagné d'une bande sonore qui envoie et un maître de cérémonie très inspiré. Divertissant !


festival-woodstower-avis-concert
Le Catch des Dessinateurs à Moustache
16h20 : Ils sont de retour
Nous tentons un passage vers la scène du Sous-Bois, qui n'est autre que la scène Hadra dévêtue de ses habits de lumières et qui passe de la musique beaucoup plus lounge. Pas mal pour un lendemain de festival tranquille au soleil ! Mais nous sommes vites attirés par un attroupement dont la musique nous dit quelque chose... Ils sont de retour, les Frères Jacquard ! Cette fois en short blanc de rigueur et dans leur caravane 70s, le tableau est complet. Et c'est reparti pour le spectacle, sauf que cette fois le public rit, chante, danse même. Une foule dense et qui grossit régulièrement, tous âges confondus !
festival-woodstower-avis-concert-freres-jacquard
Les Frères Jacquard, again
17h20 : L'impératrice
Sous le Chapiteau sont apparus trois musiciens aux chemises tropicales qui jouent des morceaux electro-chill-disco forts entraînants. Ils sont vite rejoints par 2 autres musiciens à la guitare et à la basse, et bien sûr leur chanteuse. Il s'agit de L'Impératrice, un groupe qui a de l'avenir ! Ils ont l'air un peu stressés mais cela s'estompe vite face à la réaction positive du public. Dommage que le réglage de son nous ait empêché de bien entendre la voix et les textes. A revoir !
Voir les avis sur L'Impératrice en concert
festival-woodstower-avis-concert-limperatrice
L'Impératrice
Bilan :
Une bonne journée de samedi, avec beaucoup de monde mais sans que ça ne devienne le calvaire ! La programmation variée qui nous a permis de découvrir pas mal d'artistes. Le dimanche oscillait un peu trop entre fête familiale, open air electro et lendemain de soirée ce qui a créé une drôle d'ambiance. Peut être aurait-il fallut faire passer les artistes du dimanche le samedi et se concentrer sur un seul genre le dimanche ? En tout cas un festival très sympa et abordable qu'il ne faut pas rater si vous êtes dans le coin !

Vous y étiez aussi ? Venez donner votre avis sur les concerts du Woodstower ici !


Woodstower : l'autre festival à ne pas rater ce weekend !

woodstower-festival-avis-concert
Le dernier weekend du mois d'Août (et presque le dernier avant la rentrée) n'est pas le moins pourvu en festivals, bien au contraire ! Les tôliers Rock En Seine à Paris et Le Cabaret Vert à Charleville-Mézières ont lieu ce weekend, mais il n'y a pas qu'eux !

Cette année nous nous rendons pour la première fois au Woodstower, à Lyon. Créé en 1996, Woodstower a réuni l'année dernière plus de 17 000 festivaliers. L'objectif des organisateurs du festival ? Offrir "un événement différent, rythmé de surprises, de concerts fous et de moments à part". Quelques explications.

Une programmation variée mais pointue :

Cette année le festival regroupe de beaux noms de la scène musicale actuelle : l'electro cosmique de Digitalism, le ragga urbain groovy de Soom T, l'electronica de John Talabot, le hip-hop de Vald et de Bavoog Avers et bien d'autres.

woodstower-festival-concert-jeanne-added
Jeanne Added en 2015

Le festival fait également la part belle à la trance psychédélique avec une scène dédiée à l'association grenobloise Hadra qui fait venir des artistes du monde entier. L'association organise d'ailleurs son propre festival, le Hadra Trance Festival, le weekend du 2 septembre !

woodstower-festival-concert-hadra
La scène Hadra - Woodstower 2015

Le samedi après-midi et la journée du dimanche sont gratuites, et même une partie du camping du festival est gratuite ! Pour les places le samedi, c'est par ici.

woodstower-festival-avis-concert-programmation
La programmation complète de Woodstower

La musique mais pas que :

Le festival ne se contente pas de vous divertir avec de la musique et intègre également des performances artistiques, des animations et des activités gratuites. Par exemple, le projet "Bouteille" de l'artiste Abraham Poincheval, visible du 24 au 29 Août : élire domicile dans une bouteille géante de six mètres de long sur deux mètres de large, durant près de trois mois et en complète autonomie !

woodstower-festival-abraham-poincheval

Au programme également : aérobic, pilates, poney, blind tasting de produits alimentaires de la région... il y en a pour tous les goûts.

Le tout dans le cadre d'un festival durable :

Le festival a lieu chaque année depuis 2005 dans le Grand Parc Miribel Jonage, aux portes de Lyon. Le festival et le Parc partage un objectif commun : profiter du festival Woodstower pour valoriser l’espace, sensibiliser les publics aux enjeux écologiques, mettre en place des actions de solidarité et bien entendu diffuser des projets artistiques originaux et de qualité.

Le festival se place comme un précurseur et pilote dans le domaine du développement
durable sous tous ses aspects, et continue d’enrichir les projets déjà mis en place en développant de nouvelles actions chaque année. Par exemple :
  • Une politique de bénévolat forte : plus de 300 bénévoles, dont une trentaine de jeunes de chantiers d’insertion et des personnes en situation de handicap 
  • Un dispositif d’accueil sur le site pour les personnes en situations de handicap
  • Le renforcement de la politique de prix bas depuis 2014 pour permettre au plus grand nombre d'accéder au festival (gratuit la journée et 23€ la soirée, bravo !)
  • Le tri des déchets, recyclage et mise en place d’un composteur 
  • L'utilisation de gobelets recyclables
  • La mise en place de transports doux : navettes en partenariat avec le réseau urbain local, covoiturage…
  • L'utilisation de toilettes sèches sur le festival
  • La priorité donnée au circuit court

En conclusion, un beau et bon festival qui nous attend. On a hâte de découvrir ça !

Vous y allez aussi ? Pensez à venir laisser votre avis sur les concerts que vous avez préférés au festival !

Des fans portent plainte après le concert de Sia

sia-avis-concert-critique
Nouveauté dans le registre des procès improbables : après le chat-qu'on-ne-doit-pas-mettre-au-micro-ondes, ce sont plusieurs dizaines de fans insatisfaits du concert de Sia qui portent plainte parce qu'il n'était pas à la hauteur de leurs attentes.

Il vous est déjà arrivé d'aller à un concert qui vous a déçu n'est-ce pas ? Nous aussi. Des artistes qu'on adore parfois, comme par exemple Frank Ocean (qui a d'ailleurs sorti un début d'album cette nuit, victoire !) artiste brillant mais qui ne se foule pas trop en live. Ou encore la déception de Xavier après le concert de DJ Snake, et celle de Lrn devant LUH

Mais à part passer à autre chose et laisser son avis sur Lovelivemusic.fr pour prévenir les copains, pas grand chose que l'on puisse faire non ?

En Israel, les fans déçus du concert de Sia en ont décidé autrement. Ils accusent la chanteuse d'avoir été "impersonnelle" et "sans intérêt", comme le rapporte le Jerusalem Post. Une performance de 65 minutes seulement, des écrans de chaque côté de la scène qui diffusent des vidéos de ce qui semble être au premier abord ce qui se passe sur scène, mais qui se trouve finalement être des vidéos pré-enregistrées. Aucune interaction de la chanteuse avec le public non plus, ce qui au final a donné l'impression aux spectateurs d'assister "à la diffusion d'un film [...] accompagné de chant en arrière plan de la part d'une Sia emperruquée et d'un spectacle qu'ils ne pouvaient pas voir sur la scène au loin ".

Tiens tiens tiens, ça nous rappelle quelque chose ! Nous avions eu la même impression après le concert de Sia à Coachella. Un concert très visuel qui faisait une belle place à la danse, mais pendant lequel il était impossible de savoir si les stars présentes sur la vidéo étaient également en chair et en os sur scène. Et une fois le doute installé, il n'y a qu'un pas avant de commencer à se demander si c'est bien Sia sur scène et pas un très bon playback.


Les fans ne réclament que le remboursement de leurs places à 80€, et pas des milliers d'euros. Mais entre l'insatisfaction après un concert et la démarche de porter plainte parce que l'artiste "n'a pas échangé avec le public, n'a pas plaisanté ou donner ses impressions sur le fait d'être à Tel-Aviv", il y a quand même une sacrée différence...

D'après le tourneur de Sia, Ilan Elkayam, la majorité du public a apprécié le concert et le concert a "rencontré un très grand succès [...] et a reçu des centaines de commentaires de fans satisfaits qui ont totalement apprécié la performance et la production du spectacle".

Pour faire le tri dans les avis contradictoires, rien ne vaut un service qui vous permet de donner votre avis sur les concerts que vous avez vus ! \o/

Source de l'image ici
+